Secteurs activités - Transport

  • Accueil
  • Secteurs activités - Transport

Secteur d'activité - Transport

Dans ce secteur, on trouve aussi bien les entreprises de messagerie traitant des petits colis (par exemple UPS, DHL, Chronoposte, DPD), que des sociétés assurant la livraison de marchandises pondéreuses, ou encore les interventions sur site par des techniciens de maintenance spécialisés. Dans toutes ces activités caractérisées par le suivi à distance de la productivité des opérateurs, les exigences opérationnelles couvrent :

- l’optimisation des tournées pour réduire la consommation de carburant et augmenter le nombre de clients desservis, 
- le recueil des preuves de livraison (services de messagerie notamment),
- l’édition sur site des bons de livraison (par exemple dans le cadre de la livraison de produits pétroliers) ou de bons d'intervention;,
- la remontée instantanée des informations pour facturation quotidienne des marchandises livrées (dans le cas des grands comptes notamment).

Ces fonctionnalités reposent sur des tablettes tactiles ou des terminaux portables dès lors qu’on souhaite rendre plus souple l’optimisation des tournées et dématérialiser le recueil de la preuve de livraison à destination. Concernant l’édition de documents à destination (par exemple : bons de livraison lorsque la quantité livrée ne peut pas être connue précisément dès le départ ou compte-rendu de remise en service), on trouve aussi bien des imprimantes matricielles 40 ou 80 colonnes que des imprimantes thermiques portables.


Au travers des différents projets auxquels nous participons couramment dans l’environnement du transport, on peut dégager deux grands principes dictant le choix des matériels susceptibles d’être déployés en embarqué sur un véhicule. En premier lieu, tous les matériels proposés doivent être endurcis ou pour le moins d’une conception très robuste. Car d’une part, ils doivent être insensibles aux vibrations induites par le fonctionnement du moteur du véhicule et aux cahots routiers. Et d’autre part, ces matériels (les terminaux portables surtout) doivent pouvoir supporter des transbordements répétés générateurs de chocs potentiels et de chutes occasionnelles. En outre, il est foncdamental que ces matériels disposent d'une connectivité étendue permettant au collaborateur itinérant d'accéder facilement à ses bases documentaires, à ses clients, et à sa hiérarchie. Des terminaux portables au format téléphone comme le terminal portable TC57 de Zebra ou le Memor 10 de Datalogic sont bien adaptés à l'équipement des personnels itinérants. Ils sont compatibles avec les codes barres de tous types et associent un écran tacile permettant de recueillir des preuves de livraison sous forme de signature à une fonction téléphonie indispensable aux personnels en mobilité, le tout dans des boitiers résistant à des chutes répétées sur béton comprises selon le modèle entre 1.2 m et 1.8 m de haut. Pour les processus plus complexes impliquant l'utilisation d'applications aux fonctionnalités étendues pour lesquelles un écran de 5'' n'ofre pas un confort de travail suffisant, des tablettes professionnelles durcies de 8 à 12'' sont nécessaires.  Très robustes du fait d'une résistance à des chutes de 1.2 à 1.8m et d'un indice IP 65 au minimum qui leur permettent de s'adapter à de nombreux environnements, elles sont équipées de fonctionnalités de communication sans fil étendues (voix et données sur réseau téléphonique de dernière génération, GPS, Bluetooth et WiFI). Dotées d'un écran tactile et d'un lecteur de code barre de type imageur adapté à tous les types de code barres et à la numérisation de documents, ces tablettes offrent tout le confort de travail d'un PC accompagné par un lecteur de codes barres dans un format "tout en un" maniable, avec une batterie à autonomie longue et un chargeur adapté à l'usage en véhicule. Certaines de ces tablettes tactiles peuvent même devenir de véritables terminaux point de vente mobiles grâce à une station d'acueil pensée pour un usage ergonomique embarqué en véhicule de type "food truck", apte à accueillir différents accessoires (lecteur de carte, imprimante ticket thermique portable sur batterie, douchette)
 
En second lieu, et s’il est envisageable de laisser certains matériels à demeure dans le véhicule, il faut examiner l’option de les faire fonctionner sans recourir à leur batterie, notamment dans le cas des imprimantes installées dans des flottes de véhicules. Ce faisant, on échappe à la gestion des batteries et de leur vieillissement, leur remplacement pouvant induire l’indisponibilité temporaire d’une partie de la flotte de véhicules tous les deux à trois ans. Si on opte pour un fonctionnement sans batterie, le système d’alimentation des imprimantes doit avoir alors la capacité de lisser les variations de tension électrique inhérentes au régime moteur du véhicule. En effet, la tension évolue couramment entre 20 et 40 V sur un camion par exemple. La mise en œuvre d’un régulateur de tension est donc essentielle, afin de délivrer une tension constante à l’imprimante (par exemple) et une puissance adéquate, ce qui est une condition du bon fonctionnement du matériel. Tous les constructeurs ne proposent pas des imprimantes adaptés à ce mode d’alimentation qui implique de remplacer la batterie par un boitier d’alimentation directe. Le constructeur ZEBRA notamment propose une gamme d'imprimantes mobiles ZQ500 ayant un niveau de robustesse répondant à cette caractéristique. De même, moyennant l'adjonction d'un régulateur de tension, une imprimante matricielle comme l'imprimante à plat TM-U295 d'EPSON permet elle-aussi de remplir la fonction d'édition d'un document de livraison à destination, sans offrir toutefois la possibilité d'être utilisée en dehors du véhicule..

De par les projets d’équipement dont elle a l’expérience et la pratique répétée, PII a la maîtrise de ces sujets et la connaissance concrète des matériels adaptés à l’usage embarqué et de leurs contraintes.




© Copyright 2020 - PERI INFORMATIQUE INDUSTRIES CentralWeb